Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Films

2011

Red Riding Hood [Le chaperon rouge]

Melancholia

Rise of the Planet of the Apes [La planète des singes: les origines]

Jodaeiye Nader az Simin [Une séparation]

X-Men: First Class [X-Men: Le commencement]

The Tree of Life

Source Code

The Eagle [L'aigle de la neuvième légion]

Thor

Battle: Los Angeles

Sucker Punch

The Rite [Le rite]

2010

Bu-dang-geo-rae [The Unjust]

Due Date [Date limite]

Centurion

Tucker & Dale vs. Evil

Casino Jack

Animal Kingdom

Waste Land

Incendies

Rare Exports

The Fighter

True Grit

127 hours [127 heures]

Repo Men

The Sorcerer's Apprentice [L'apprenti sorcier]

Black Swan

Resident Evil: Afterlife 3D

The King's Speech [Le discours d'un roi]

Tekken

Another Year

The Town

Akmareul boatda [I saw the Devil]

Scott Pilgrim vs. The World

Kick-Ass

Iron Man 2

The Expendables

Four Lions

Machete

RED
The Other Guys [Very Bad Cops]

2009

Agora

Fantastic Mr. Fox

Sweet Karma

Savage

Amintiri din epoca de aur [Contes de l'âge d'or]

State of Play [Jeux de pouvoir]

Harry Brown

The Last Station [Tolstoï, le dernier automne]

Cold Souls [Âmes en stock]

Goemon

The Men Who Stared at Goats [Les Chèvres du Pentagone]

Enter the Void

Bakjwi [Thirst, Ceci est mon sang]

The Road [La Route]

The House of the Devil

2008

Bitten

Zombie Strippers!

Li Mi de caixiang [The Equation of Love and Death]

Max Manus [Opération sabotage]

Kataude mashin gâru [The Machine Girl]

Die Welle [La vague]

Gomorrah

2007

Se, jie [Lust, Caution]

Sex and Death 101

Battle for Haditha

Ryû ga gotoku: gekijô-ban [Yakuza: Like a Dragon]

Ji jie hao [Héros de guerre/ Assembly]

Before the Devil Knows You're Dead [7h58 ce samedi-là]

Kuro-obi [Black Belt]

Katyn

Crows Zero

30 Days of Night

Zodiac

Irina Palm
Sunshine
Le Prix à Payer
Anna M.
300
2006

Omaret yacobean [L'immeuble Yacoubian]

The Fountain

Rescue Dawn

46-okunen no koi [4.6 Billion Year Love/ Big Bang Love Juvenile A]
Jesus Camp
Letters from Iwo Jima
Ne le dis à personne
The Departed [Les infiltrés]

Little Miss Sunshine
The Good German
Apocalypto  
La Vie des Autres
The Last King of Scotland
Thank you for smoking
2005

Danny the Dog / Unleashed

Chinjeolhan geumjassi [Lady Vengeance]

Down the Valley
2004

Rabudo gan [Loved Gun]

Layer Cake

Git [Feathers in the Wind]

Chi to hone [Blood and bones]

Samaria [Samaritan Girl]

D'autres mondes

Baramui Fighter [Fighter in the Wind]

Kung Fu [Crazy Kung Fu]
Dawn of the Dead [L'Armée des Morts]

Napoleon Dynamite
2003

9 Souls

Salinui chueok [Memories of Murder]

Haute tension

Akarui Mirai [Jellyfish/ Bright Future]

2002

Dirty Pretty Things

Boksuneun naui geot [Sympathy for Mr. Vengeance]

Tasogare Seibei [Le Samouraï du crépuscule] 
Punch-Drunk Love
2001

Jopog manura [Ma femme est un gangster]

Das Experiment [L'expérience]

Aoi haru [Blue spring]

Training Day

2000

Gongdong gyeongbi guyeok JSA [Joint Security Area]

Hyôryû-gai [La cité des âmes perdues]
La Parenthèse Enchantée
1999

Le créateur

Am zin [Running Out of Time]

Titus
Summer of Sam

1997

Unagi [L'anguille]
1996

Gokudô sengokushi: Fudô [Graine de Yakuza]

1995

Welcome to the Dollhouse [Bienvenue à l'Age Ingrat] 

1990

A Fei jingjyuhn [Nos années sauvages/ Days of Being Wild]

1989  
NL's Xmas vacations
1988

The Cowboy and the Frenchman [Les Français vus par David Lynch]

Ghosts... of the Civil Dead

1981

Stripes [Les bleus]

1980  
Caddyshack
1979

Hardcore

Kukushû suru wa ware ni ari [La Vengeance m'appartient]

1978

The Boys from Brazil [Ces garçons qui venaient du Brésil]

1977

Une sale histoire

1975

Zerkalo [Le miroir]

Love and Death [Guerre et amour]

Maîtresse

1972

Vampire Circus [Le cirque des vampires]

1970

La pacifista

Catch-22

1969

Yuke yuke nidome no shojo [Go, Go Second Time Virgin / Vierge violée cherche étudiant révolté]

Les Damnés

1968

If...

1967

Two for the Road [Voyage à deux]

1966

Hakuchû no tôrima [L'obsédé en plein jour/ Violence at High Noon]

Taiji ga mitsuryô suru toki [Quand l'embryon part braconner]

1965

Repulsion

1964

Fail Safe [Point Limite]

1962

Le doulos

1960

Junfrukällan [La source/ The Virgin Spring]

1959

The Mouse that Roared [La Souris qui rugissait]

1958

Touch of Evil [La soif du mal]

1957

Celui qui doit mourir

1956

Bob le flambeur

1955

Shin heike monogatari [Le héros sacrilège/ Tales of the Taira Clan]

1950

Los olvidados [Pitié pour eux]

1926

The Scarlet Letter [La lettre écarlate]


Télévision

Oz 1

The Borgias 1

Caprica

Wire in the Blood 1-3 [La fureur dans le sang]

Las Vegas 1

Mad Men 1

Extras 1 & 2

Damages 1

Dexter 5

How to Make It in America 1

The Walking Dead 1
24 8

Prison Break 1
Lost 3
Heroes: Genesis

Recherche

Liens partenaires

 

logo.gif

1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 17:20

Titus.jpgLamentable histoire que celle de Titus Andronicus. C'est en tous cas le titre original de la première tragédie de Shakespeare (The Lamentable Tragedy of Titus Andronicus), plus reprise aujourd'hui sous l'appellation Titus Andronicus, et dans ce film de Julie Taymor - apparemment shakespearienne assidue* -, Titus tout court. Réputée pour être la plus sanglante du dramaturge, cette pièce a souvent donné lieu à des débordements dans la violence et l'hémoglobine, mêlant complots, assassinats, viol, mutilations, anthropophagie et meurtre d'enfant. Un monument classique porté à l'écran sur 162 minutes et avec beaucoup de moyens: décors somptueux, stars hollywoodiennes (Anthony Hopkins et Jessica Lange), effets spéciaux... pour une vision qui se veut actualisée de la triste histoire de ce général romain.

Un gamin (Osheen Jones) dans une cuisine joue à la guerre avec ses poupées, ses petits soldats et force ketchup. Le combat s'intensifie, la fenêtre vole en éclats, la pièce s'emplit de fumée et un soldat romain entre et emporte l'enfant au milieu d'une arène où il assiste au défilé du général Titus Andronicus (Anthony Hopkins) et de ses troupes.

Celui-ci revient d'une campagne victorieuse chez les Goths avec un imposant butin, des otages - leur reine Tamora (Jessica Lange), son conseiller maure Aaron (Harry Lennix) et ses trois fils -, et les corps de vingt-cinq de ses propres enfants.

Pour venger ces derniers, et malgré les supplications de Tamora, Titus sacrifie le fils aîné de celle-ci, qui jure avec ses deux derniers rejetons de se venger.

Complots, machinations, assassinats, un cycle infernal d'horreur et de dévastation est lancé qui verra la famille de Titus (ce qu'il en reste) décimée, la cour impériale massacrée et Rome menacée par les barbares sous un déluge de violences assorties de détails toujours plus sordides.

Titus1.jpg

Comme on le voit, la délicatesse et la subtilité ne sont pas vraiment les principaux ingrédients de la pièce.

Premier choc de cette adaptation, son style graphique extrêmement riche. Costumes somptueux, décors majestueux, mélange des époques et des styles, de classique et de kitsch sur couleurs habilement composées. Source de surprise et d'émerveillement constant, manière aussi de tenir le spectateur sur ses gardes, les anachronismes alimentent la curiosité et tissent le lien entre ce Rome rugueux et fantasmatique et le monde d'aujourd'hui.

Titus2-copie-1.jpg

Les dialogues, toujours un problème dans les adaptations de Shakespeare - comment les rendre abordables à l'anglais ou l'américain moyen sans plomber l'action et donc la place au box office - ont été conservés et la qualité des acteurs est à leur hauteur. Ouf! ... ou bien?

En effet, face à cette pièce, déjà un mastodonte en soi de plus de deux heures et demi, pullulant d'intrigues et de personnages secondaires, l'accumulation de détails, le respect du texte finissent par alourdir la trame. L'allègement aurait  - pour une fois - peut-être fait un choix plus judicieux. Une trahison de l'auteur certes, mais pour un résultat plus adapté aux formats de notre temps.

Même Hopkins, qui reprend ici un rôle de fou (encore) et Lange, pourtant des pros, semblent se noyer dans l'amoncellement de rebondissements.

Titus3.jpg

Pour dépasser cette accumulation massive de meurtres, de violences et de crimes de tous ordres et lui donner un sens que l'original n'avait pas nécessairement; pour soutenir également l'intérêt du spectateur et éviter son écoeurement, Julie Taymor a donc tenté d'introduire des mises en perspective de la pièce, ce qui est après tout l'un des rôles d'un metteur en scène.

L'une d'entre elle est placée à l'introduction - le passage du petit garçon dans sa cuisine -, l'autre à la conclusion.

Le message qu'elles transmettent, message tout d'espoir et de paix est hélas dérisoire, simpliste et en pleine contradiction avec celui porté par la pièce - la fin est même en opposition avec la plupart des interprétations de Titus Andronicus. Une intention louable donc, mais qui affaiblit l'oeuvre, dont la violence n'est plus assumée.

D'où le sentiment de ratage qui accompagne le film au fil de sa progression, au contraire d'autres relectures récentes de pièces de Shakespeare (Romeo + Juliet par exemple), pièces il est vrai de meilleure qualité originale que Titus Andronicus. Et ce malgré des qualités picturales indéniables.

Cette fois encore, le mieux sera devenu l'ennemi du bien.

 

Note:10,5/20

 

 * Les amours de Taymor avec Shakespeare ne sont pas terminées, puisque son oeuvre compte désormais The Tempest (2010)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eddl - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Articles Récents