Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Films

2011

Red Riding Hood [Le chaperon rouge]

Melancholia

Rise of the Planet of the Apes [La planète des singes: les origines]

Jodaeiye Nader az Simin [Une séparation]

X-Men: First Class [X-Men: Le commencement]

The Tree of Life

Source Code

The Eagle [L'aigle de la neuvième légion]

Thor

Battle: Los Angeles

Sucker Punch

The Rite [Le rite]

2010

Bu-dang-geo-rae [The Unjust]

Due Date [Date limite]

Centurion

Tucker & Dale vs. Evil

Casino Jack

Animal Kingdom

Waste Land

Incendies

Rare Exports

The Fighter

True Grit

127 hours [127 heures]

Repo Men

The Sorcerer's Apprentice [L'apprenti sorcier]

Black Swan

Resident Evil: Afterlife 3D

The King's Speech [Le discours d'un roi]

Tekken

Another Year

The Town

Akmareul boatda [I saw the Devil]

Scott Pilgrim vs. The World

Kick-Ass

Iron Man 2

The Expendables

Four Lions

Machete

RED
The Other Guys [Very Bad Cops]

2009

Agora

Fantastic Mr. Fox

Sweet Karma

Savage

Amintiri din epoca de aur [Contes de l'âge d'or]

State of Play [Jeux de pouvoir]

Harry Brown

The Last Station [Tolstoï, le dernier automne]

Cold Souls [Âmes en stock]

Goemon

The Men Who Stared at Goats [Les Chèvres du Pentagone]

Enter the Void

Bakjwi [Thirst, Ceci est mon sang]

The Road [La Route]

The House of the Devil

2008

Bitten

Zombie Strippers!

Li Mi de caixiang [The Equation of Love and Death]

Max Manus [Opération sabotage]

Kataude mashin gâru [The Machine Girl]

Die Welle [La vague]

Gomorrah

2007

Se, jie [Lust, Caution]

Sex and Death 101

Battle for Haditha

Ryû ga gotoku: gekijô-ban [Yakuza: Like a Dragon]

Ji jie hao [Héros de guerre/ Assembly]

Before the Devil Knows You're Dead [7h58 ce samedi-là]

Kuro-obi [Black Belt]

Katyn

Crows Zero

30 Days of Night

Zodiac

Irina Palm
Sunshine
Le Prix à Payer
Anna M.
300
2006

Omaret yacobean [L'immeuble Yacoubian]

The Fountain

Rescue Dawn

46-okunen no koi [4.6 Billion Year Love/ Big Bang Love Juvenile A]
Jesus Camp
Letters from Iwo Jima
Ne le dis à personne
The Departed [Les infiltrés]

Little Miss Sunshine
The Good German
Apocalypto  
La Vie des Autres
The Last King of Scotland
Thank you for smoking
2005

Danny the Dog / Unleashed

Chinjeolhan geumjassi [Lady Vengeance]

Down the Valley
2004

Rabudo gan [Loved Gun]

Layer Cake

Git [Feathers in the Wind]

Chi to hone [Blood and bones]

Samaria [Samaritan Girl]

D'autres mondes

Baramui Fighter [Fighter in the Wind]

Kung Fu [Crazy Kung Fu]
Dawn of the Dead [L'Armée des Morts]

Napoleon Dynamite
2003

9 Souls

Salinui chueok [Memories of Murder]

Haute tension

Akarui Mirai [Jellyfish/ Bright Future]

2002

Dirty Pretty Things

Boksuneun naui geot [Sympathy for Mr. Vengeance]

Tasogare Seibei [Le Samouraï du crépuscule] 
Punch-Drunk Love
2001

Jopog manura [Ma femme est un gangster]

Das Experiment [L'expérience]

Aoi haru [Blue spring]

Training Day

2000

Gongdong gyeongbi guyeok JSA [Joint Security Area]

Hyôryû-gai [La cité des âmes perdues]
La Parenthèse Enchantée
1999

Le créateur

Am zin [Running Out of Time]

Titus
Summer of Sam

1997

Unagi [L'anguille]
1996

Gokudô sengokushi: Fudô [Graine de Yakuza]

1995

Welcome to the Dollhouse [Bienvenue à l'Age Ingrat] 

1990

A Fei jingjyuhn [Nos années sauvages/ Days of Being Wild]

1989  
NL's Xmas vacations
1988

The Cowboy and the Frenchman [Les Français vus par David Lynch]

Ghosts... of the Civil Dead

1981

Stripes [Les bleus]

1980  
Caddyshack
1979

Hardcore

Kukushû suru wa ware ni ari [La Vengeance m'appartient]

1978

The Boys from Brazil [Ces garçons qui venaient du Brésil]

1977

Une sale histoire

1975

Zerkalo [Le miroir]

Love and Death [Guerre et amour]

Maîtresse

1972

Vampire Circus [Le cirque des vampires]

1970

La pacifista

Catch-22

1969

Yuke yuke nidome no shojo [Go, Go Second Time Virgin / Vierge violée cherche étudiant révolté]

Les Damnés

1968

If...

1967

Two for the Road [Voyage à deux]

1966

Hakuchû no tôrima [L'obsédé en plein jour/ Violence at High Noon]

Taiji ga mitsuryô suru toki [Quand l'embryon part braconner]

1965

Repulsion

1964

Fail Safe [Point Limite]

1962

Le doulos

1960

Junfrukällan [La source/ The Virgin Spring]

1959

The Mouse that Roared [La Souris qui rugissait]

1958

Touch of Evil [La soif du mal]

1957

Celui qui doit mourir

1956

Bob le flambeur

1955

Shin heike monogatari [Le héros sacrilège/ Tales of the Taira Clan]

1950

Los olvidados [Pitié pour eux]

1926

The Scarlet Letter [La lettre écarlate]


Télévision

Oz 1

The Borgias 1

Caprica

Wire in the Blood 1-3 [La fureur dans le sang]

Las Vegas 1

Mad Men 1

Extras 1 & 2

Damages 1

Dexter 5

How to Make It in America 1

The Walking Dead 1
24 8

Prison Break 1
Lost 3
Heroes: Genesis

Recherche

Liens partenaires

 

logo.gif

12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 17:15

Stripes4.jpgA l'époque où Bill Murray n'était pas encore un acteur "sérieux", il oeuvrait comme clown de service des Saturday Night Live américains, avec Ivan Reitman en fidèle réalisateur associé. Après avoir traité les camps de vacances dans Meatballs (en français Arrête de ramer, t'es sur le sable - bien sûr) et les clubs de golf avec Caddyshack (sans Reitman mais avec Ramis, un de ses acolytes), et avant de s'attaquer à la chasse au fantômes dans Ghostbusters [SOS fantômes] - qui reste à ce jour l'une de leurs meilleurs réalisations -, cette fine équipe s'était attaquée à l'armée avec Stripes, qu'on pourrait comparer, pays pour pays, aux Bidasses en folie (1971) de Zidi ou à Mais où est donc passée la septième compagnie? (1973) de Lamoureux. Comparaison sociologique s'entend, parce que pour ce qui est de la qualité, avouons sans ambage que les américains - peut-être sur la base de ces expériences françaises, allez pourquoi pas, plus probablement parce que la guerre du Vietnam aura empêché ou posé des problèmes politiques à ce genre dans les années 70 - y atteignent une maîtrise supérieure, précurseur des Police Academy de la grande époque.

Le film de bidasse suit souvent un schéma prédéterminé et déjà bien balisé, et tout américain soit-il, Stripes n'y fait pas exception.

Une bande de citoyens que rien ne prédestinait à l'armée, sinon le désoeuvrement, le destin ou d'autres paramètres tous plus loufoques les uns que les autres se retrouvent après quelques scènes d'exposition sous la tutelle tyrannique d'un sergent abruti, ici le sergent Hulka (Warren Oates), lui-même aux ordres d'un officier incapable, modèle du fils à papa obséquieux et pantouflard, le capitaine Stillman (John Larroquette) en l'occurrence.

Parmi ces aventuriers des temps modernes, un psychopathe, un noir, un gros, un - voire plusieurs - abrutis, un fumeur de marijuana, et le héros de l'aventure, intelligent mais complètement fumiste, ici John (Bill Murray, qui reprend son personnage-"clown" habituel), sans oublier l'un de ses potes faire-valoir, Russell (on y reconnaît Harold Ramis, réalisateur de Caddyshack)

Stripes1.JPGS'ensuit une période d'entraînement, prétexte à une série de gags éculés - parcours du combattant, flirts avec de jolies soldates (ici, P.J. Soles qu'on aura déjà vue dans Private Benjamin, et Sean Young, la future Rachael de Blade Runner et la Susan de l'excellentissime No Way Out [Sens unique]). L'enchaînement se clôt par la reconnaissance imprévue et inespérée du peloton d'incapables, et plus spécifiquement du fumiste en chef, par la haute hiérarchie. Par l'humiliation du sergent et de l'officier veule au passage.

Enfin, en troisième et dernier volet (le format standard des films de l'époque n'est que d'une centaine de minutes), une mini-épopée donne l'occasion aux apprentis soldats de prouver qu'ils peuvent faire aussi bien que les "vrais".

Bref, la recette est éprouvée, et  son intérêt réside plus dans ses variations et déviations par rapport à un modèle attendu que dans l'exécution d'un plan devenu exercice de style.

Pour Stripes, Ivan Reitman dispose d'atouts le plaçant déjà en position d'aboutir à un résultat au-dessus de la moyenne.

Stripes2.jpgLe principal, c'est bien entendu Murray, au coeur de toutes les scènes. Par sa présence et ses discours loufoques débités sur le ton le plus sérieux, il captive l'audience sur des scènes qu'on pensait jouées d'avance.

Ainsi l'exercice imposé du "discours patriote énoncé par l'imposteur le plus flagrant de la troupe" (Murray évidemment) dépasse-t-il de loin le standard du style. L'intelligence percutante du dialogue, la sincérité de l'acteur prennent à contre-pied le nationalisme le plus attendu, et aboutissent à un discours des plus efficaces parce que désopilant et profondément juste quand il est adressé à cette bande de bras cassés.

Autre atout, les scènes les plus longues. Le film y trouve l'opportunité de se départir du simple enchaînement de sketches et la chance de s'envoler dans des délires salvateurs: scène de bagarre en boîte de nuit, expédition en Tchécoslovaquie (eh oui, à l'époque on est en pleine guerre froide)

Stripes3.jpgEt là, le gant est relevé sans problème. Stripes y trouve la chance de dépasser ses homologues de cent coudées en allant au bout de l'absurdité et de la bêtise des "autorités compétentes", qui reste le meilleur atout pour faire rire.

Bien sûr, l'exercice aura dû passer par les canons du genre, et y aura perdu de sa fougue originelle.

Il faudra attendre Ghostbusters - là pas de standard imposé, le sujet sera trop absurde pour que le public soit déboussolé s'il n'y retrouve pas ses marques - pour voir le problème surmonté, les barrières démontées.

Stripes n'atteint pas ce niveau, mais établit efficacement une base solide qui en fait encore aujourd'hui la référence américaine du film  comique troupier. Une valeur sûre donc, mais à réserver aux soirées qu'on aura voulues sans prise de tête.

 

Note: 12/20

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eddl - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Articles Récents