Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Films

2011

Red Riding Hood [Le chaperon rouge]

Melancholia

Rise of the Planet of the Apes [La planète des singes: les origines]

Jodaeiye Nader az Simin [Une séparation]

X-Men: First Class [X-Men: Le commencement]

The Tree of Life

Source Code

The Eagle [L'aigle de la neuvième légion]

Thor

Battle: Los Angeles

Sucker Punch

The Rite [Le rite]

2010

Bu-dang-geo-rae [The Unjust]

Due Date [Date limite]

Centurion

Tucker & Dale vs. Evil

Casino Jack

Animal Kingdom

Waste Land

Incendies

Rare Exports

The Fighter

True Grit

127 hours [127 heures]

Repo Men

The Sorcerer's Apprentice [L'apprenti sorcier]

Black Swan

Resident Evil: Afterlife 3D

The King's Speech [Le discours d'un roi]

Tekken

Another Year

The Town

Akmareul boatda [I saw the Devil]

Scott Pilgrim vs. The World

Kick-Ass

Iron Man 2

The Expendables

Four Lions

Machete

RED
The Other Guys [Very Bad Cops]

2009

Agora

Fantastic Mr. Fox

Sweet Karma

Savage

Amintiri din epoca de aur [Contes de l'âge d'or]

State of Play [Jeux de pouvoir]

Harry Brown

The Last Station [Tolstoï, le dernier automne]

Cold Souls [Âmes en stock]

Goemon

The Men Who Stared at Goats [Les Chèvres du Pentagone]

Enter the Void

Bakjwi [Thirst, Ceci est mon sang]

The Road [La Route]

The House of the Devil

2008

Bitten

Zombie Strippers!

Li Mi de caixiang [The Equation of Love and Death]

Max Manus [Opération sabotage]

Kataude mashin gâru [The Machine Girl]

Die Welle [La vague]

Gomorrah

2007

Se, jie [Lust, Caution]

Sex and Death 101

Battle for Haditha

Ryû ga gotoku: gekijô-ban [Yakuza: Like a Dragon]

Ji jie hao [Héros de guerre/ Assembly]

Before the Devil Knows You're Dead [7h58 ce samedi-là]

Kuro-obi [Black Belt]

Katyn

Crows Zero

30 Days of Night

Zodiac

Irina Palm
Sunshine
Le Prix à Payer
Anna M.
300
2006

Omaret yacobean [L'immeuble Yacoubian]

The Fountain

Rescue Dawn

46-okunen no koi [4.6 Billion Year Love/ Big Bang Love Juvenile A]
Jesus Camp
Letters from Iwo Jima
Ne le dis à personne
The Departed [Les infiltrés]

Little Miss Sunshine
The Good German
Apocalypto  
La Vie des Autres
The Last King of Scotland
Thank you for smoking
2005

Danny the Dog / Unleashed

Chinjeolhan geumjassi [Lady Vengeance]

Down the Valley
2004

Rabudo gan [Loved Gun]

Layer Cake

Git [Feathers in the Wind]

Chi to hone [Blood and bones]

Samaria [Samaritan Girl]

D'autres mondes

Baramui Fighter [Fighter in the Wind]

Kung Fu [Crazy Kung Fu]
Dawn of the Dead [L'Armée des Morts]

Napoleon Dynamite
2003

9 Souls

Salinui chueok [Memories of Murder]

Haute tension

Akarui Mirai [Jellyfish/ Bright Future]

2002

Dirty Pretty Things

Boksuneun naui geot [Sympathy for Mr. Vengeance]

Tasogare Seibei [Le Samouraï du crépuscule] 
Punch-Drunk Love
2001

Jopog manura [Ma femme est un gangster]

Das Experiment [L'expérience]

Aoi haru [Blue spring]

Training Day

2000

Gongdong gyeongbi guyeok JSA [Joint Security Area]

Hyôryû-gai [La cité des âmes perdues]
La Parenthèse Enchantée
1999

Le créateur

Am zin [Running Out of Time]

Titus
Summer of Sam

1997

Unagi [L'anguille]
1996

Gokudô sengokushi: Fudô [Graine de Yakuza]

1995

Welcome to the Dollhouse [Bienvenue à l'Age Ingrat] 

1990

A Fei jingjyuhn [Nos années sauvages/ Days of Being Wild]

1989  
NL's Xmas vacations
1988

The Cowboy and the Frenchman [Les Français vus par David Lynch]

Ghosts... of the Civil Dead

1981

Stripes [Les bleus]

1980  
Caddyshack
1979

Hardcore

Kukushû suru wa ware ni ari [La Vengeance m'appartient]

1978

The Boys from Brazil [Ces garçons qui venaient du Brésil]

1977

Une sale histoire

1975

Zerkalo [Le miroir]

Love and Death [Guerre et amour]

Maîtresse

1972

Vampire Circus [Le cirque des vampires]

1970

La pacifista

Catch-22

1969

Yuke yuke nidome no shojo [Go, Go Second Time Virgin / Vierge violée cherche étudiant révolté]

Les Damnés

1968

If...

1967

Two for the Road [Voyage à deux]

1966

Hakuchû no tôrima [L'obsédé en plein jour/ Violence at High Noon]

Taiji ga mitsuryô suru toki [Quand l'embryon part braconner]

1965

Repulsion

1964

Fail Safe [Point Limite]

1962

Le doulos

1960

Junfrukällan [La source/ The Virgin Spring]

1959

The Mouse that Roared [La Souris qui rugissait]

1958

Touch of Evil [La soif du mal]

1957

Celui qui doit mourir

1956

Bob le flambeur

1955

Shin heike monogatari [Le héros sacrilège/ Tales of the Taira Clan]

1950

Los olvidados [Pitié pour eux]

1926

The Scarlet Letter [La lettre écarlate]


Télévision

Oz 1

The Borgias 1

Caprica

Wire in the Blood 1-3 [La fureur dans le sang]

Las Vegas 1

Mad Men 1

Extras 1 & 2

Damages 1

Dexter 5

How to Make It in America 1

The Walking Dead 1
24 8

Prison Break 1
Lost 3
Heroes: Genesis

Recherche

Liens partenaires

 

logo.gif

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 22:19

Agora.jpgQuand on parle de martyrs et qu'on s'intéresse aux premiers siècles de l'ère chrétienne, on pense logiquement - et souvent à juste titre - aux chrétiens précisément. Alejandro Amenabar, lui, nous propose une histoire (vraie) dans laquelle les bourreaux, les méchants ne sont pas les romains adorateurs de l'empereur et autres Jupiters, mais justement les fidèles de cette religion naissante, ou plus précisément leurs fanatiques et ceux qui les manipulent - de bonne ou de mauvaise foi - pour des motifs spirituels ou politiques. Une occasion  de remettre certaines pendules à l'heure en affirmant que le bien ne se niche pas dans telle ou telle religion précise, et que le mal, lui, peut s'y dissimuler dans toutes et chacune à travers leurs fanatismes. Une occasion également de se replonger dans l'univers du péplum à hautes doses d'effets spéciaux, dans la lignée de Gladiator et de ses émules. Mais peut-on faire mieux que Gladiator? Pari difficile.

L'histoire que raconte Agora est donc celle d'Hypathie d'Alexandrie (Rachelle Weisz pour l'occasion), mathématicienne et philosophe des IVème et Vème siècles de notre ère.

Fille et élève de de Théon d'Alexandrie (Michael Lonsdale), lui-même directeur de la fameuse bibliothèque d'Alexandrie, où est pieusement conservé, copié, étudié le concentré du savoir de la civilisation grecque, un trésor sans équivalent dans le monde de cette époque, elle y diffuse son savoir à des étudiants venus de tous les horizons de l'empire romain.

Parmi ceux-ci, de jeunes romains comme Orestes (Oscar Isaac). Sous le charme de son professeur, sa vocation est de devenir le fonctionnaire d'un pouvoir impérial auquel s'oppose une puissance en plein essort qui en fait vaciller les anciens dieux, la religion chrétienne. Celle-ci est aussi représentée aux cours d'Hypathie, par des citoyens comme Synesius (Rupert Evans), mais aussi par un esclave de la maisonnée de Théon fraîchement converti, Davus (Max Minghella), également amoureux de la belle Hypathie.

Agora1.jpg

Les escarmouches entre les diverses religions vont bon train, de provocations en représailles de plus en plus sanglantes, jusqu'au jour où les adorateurs des anciens dieux au coeur de la bibliothèque décident de se venger d'un dernier affront fait à leurs divinités en s'armant et en allant tuer quelques chrétiens en pleine agora.

La tentative tourne rapidement à l'avantage de ces derniers plus nombreux qui, après de sanglants combats et un siège rapide, envahissent la bibliothèque, qu'ils se font un plaisir de détruire comme symbole d'un ordre ancien, d'un savoir impie en opposition avec leurs enseignements basés avant tout sur leurs évangiles. Théon est mortellement blessé et Hypathie s'échappe après avoir protégé quelques otages chrétiens avec l'aide d'Orestes.

Agora2.jpg

Quelques années plus tard, quelques lignes de texte plus loin, ce dernier est devenu chrétien et préfet romain d'Alexandrie, Hypathie toujours son amie, Davus un des plus ardents zélateurs de la nouvelle religion dont les fidèles sont toujours plus nombreux.

Même si les anciennes divinités ont été interdites, les tensions ne s'apaisent pas, attisées par le jeune évêque d'Alexandrie, Cyrille. Cette fois-ci, ce sont les juifs qui sont pris pour cible, alors qu'Hypathie, elle, reste dans un monde où ses seules aspirations sont l'étude des astres et autres merveilles (planètes)...

Comme on le voit, le scénario est ambitieux: l'histoire s'étale sur deux périodes séparées par au moins une dizaine d'années d'écart, les personnages sont nombreux, les intrigues politiques sont mêlées aux destinées personnelles pour mieux les faire vivre mais au risque de se caricaturer les unes les autres. On parle et on discute ferme politique, religion, amour, mathématiques, astronomie.

Agora3

Tout cela en 127 minutes.

Le choix d'Amenabar pour traiter le sujet a été la multiplication des points de vue. En incluant même des visions de la terre vue de l'espace identifiant le spectateur a un extraterrestre qui observerait à la jumelle les évènements de la planète terre du IVème siècle, ce qui produit quelques images superbes et souligne, probablement dans un effort didactique, le lien entre la vie de tous ces personnages et les théories héliocentriques révolutionnaires auxquelles Hypatie se consacre dans sa tour d'ivoire, une dizaine de siècles avant Copernic (!)

Un choix certes intelligent pour traiter tant de sujets, mais trop intellectuel pour un péplum qui se veut aussi film d'action, et trop distancié pour impliquer émotionnellement le spectateur.

Agora4.jpg

A ce problème de traitement s'ajoute le personnage d'Hypatie qui, fidèle à son image presque mythologique de vierge intouchable, est lui-même difficile à faire aimer parce que si peu en empathie avec les problèmes humains qui l'entourent. Rachelle Weisz, avec un accent british très "public school", y incarne une femme à la morale très proche des femmes modernes et bien pensantes d'aujourd'hui: une direction bizarre qui détonne dans la barbarie ambiante.

La mise en perspective de tous les protagonistes dans un univers complexe est donc intéressante sur le papier mais se révèle au final peu impliquante, diluant le message central pourtant bien traité et original sur la nocivité du fanatisme et des obscurantismes religieux.

 

Note: 11,5/20

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eddl - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Articles Récents