Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Films

2011

Red Riding Hood [Le chaperon rouge]

Melancholia

Rise of the Planet of the Apes [La planète des singes: les origines]

Jodaeiye Nader az Simin [Une séparation]

X-Men: First Class [X-Men: Le commencement]

The Tree of Life

Source Code

The Eagle [L'aigle de la neuvième légion]

Thor

Battle: Los Angeles

Sucker Punch

The Rite [Le rite]

2010

Bu-dang-geo-rae [The Unjust]

Due Date [Date limite]

Centurion

Tucker & Dale vs. Evil

Casino Jack

Animal Kingdom

Waste Land

Incendies

Rare Exports

The Fighter

True Grit

127 hours [127 heures]

Repo Men

The Sorcerer's Apprentice [L'apprenti sorcier]

Black Swan

Resident Evil: Afterlife 3D

The King's Speech [Le discours d'un roi]

Tekken

Another Year

The Town

Akmareul boatda [I saw the Devil]

Scott Pilgrim vs. The World

Kick-Ass

Iron Man 2

The Expendables

Four Lions

Machete

RED
The Other Guys [Very Bad Cops]

2009

Agora

Fantastic Mr. Fox

Sweet Karma

Savage

Amintiri din epoca de aur [Contes de l'âge d'or]

State of Play [Jeux de pouvoir]

Harry Brown

The Last Station [Tolstoï, le dernier automne]

Cold Souls [Âmes en stock]

Goemon

The Men Who Stared at Goats [Les Chèvres du Pentagone]

Enter the Void

Bakjwi [Thirst, Ceci est mon sang]

The Road [La Route]

The House of the Devil

2008

Bitten

Zombie Strippers!

Li Mi de caixiang [The Equation of Love and Death]

Max Manus [Opération sabotage]

Kataude mashin gâru [The Machine Girl]

Die Welle [La vague]

Gomorrah

2007

Se, jie [Lust, Caution]

Sex and Death 101

Battle for Haditha

Ryû ga gotoku: gekijô-ban [Yakuza: Like a Dragon]

Ji jie hao [Héros de guerre/ Assembly]

Before the Devil Knows You're Dead [7h58 ce samedi-là]

Kuro-obi [Black Belt]

Katyn

Crows Zero

30 Days of Night

Zodiac

Irina Palm
Sunshine
Le Prix à Payer
Anna M.
300
2006

Omaret yacobean [L'immeuble Yacoubian]

The Fountain

Rescue Dawn

46-okunen no koi [4.6 Billion Year Love/ Big Bang Love Juvenile A]
Jesus Camp
Letters from Iwo Jima
Ne le dis à personne
The Departed [Les infiltrés]

Little Miss Sunshine
The Good German
Apocalypto  
La Vie des Autres
The Last King of Scotland
Thank you for smoking
2005

Danny the Dog / Unleashed

Chinjeolhan geumjassi [Lady Vengeance]

Down the Valley
2004

Rabudo gan [Loved Gun]

Layer Cake

Git [Feathers in the Wind]

Chi to hone [Blood and bones]

Samaria [Samaritan Girl]

D'autres mondes

Baramui Fighter [Fighter in the Wind]

Kung Fu [Crazy Kung Fu]
Dawn of the Dead [L'Armée des Morts]

Napoleon Dynamite
2003

9 Souls

Salinui chueok [Memories of Murder]

Haute tension

Akarui Mirai [Jellyfish/ Bright Future]

2002

Dirty Pretty Things

Boksuneun naui geot [Sympathy for Mr. Vengeance]

Tasogare Seibei [Le Samouraï du crépuscule] 
Punch-Drunk Love
2001

Jopog manura [Ma femme est un gangster]

Das Experiment [L'expérience]

Aoi haru [Blue spring]

Training Day

2000

Gongdong gyeongbi guyeok JSA [Joint Security Area]

Hyôryû-gai [La cité des âmes perdues]
La Parenthèse Enchantée
1999

Le créateur

Am zin [Running Out of Time]

Titus
Summer of Sam

1997

Unagi [L'anguille]
1996

Gokudô sengokushi: Fudô [Graine de Yakuza]

1995

Welcome to the Dollhouse [Bienvenue à l'Age Ingrat] 

1990

A Fei jingjyuhn [Nos années sauvages/ Days of Being Wild]

1989  
NL's Xmas vacations
1988

The Cowboy and the Frenchman [Les Français vus par David Lynch]

Ghosts... of the Civil Dead

1981

Stripes [Les bleus]

1980  
Caddyshack
1979

Hardcore

Kukushû suru wa ware ni ari [La Vengeance m'appartient]

1978

The Boys from Brazil [Ces garçons qui venaient du Brésil]

1977

Une sale histoire

1975

Zerkalo [Le miroir]

Love and Death [Guerre et amour]

Maîtresse

1972

Vampire Circus [Le cirque des vampires]

1970

La pacifista

Catch-22

1969

Yuke yuke nidome no shojo [Go, Go Second Time Virgin / Vierge violée cherche étudiant révolté]

Les Damnés

1968

If...

1967

Two for the Road [Voyage à deux]

1966

Hakuchû no tôrima [L'obsédé en plein jour/ Violence at High Noon]

Taiji ga mitsuryô suru toki [Quand l'embryon part braconner]

1965

Repulsion

1964

Fail Safe [Point Limite]

1962

Le doulos

1960

Junfrukällan [La source/ The Virgin Spring]

1959

The Mouse that Roared [La Souris qui rugissait]

1958

Touch of Evil [La soif du mal]

1957

Celui qui doit mourir

1956

Bob le flambeur

1955

Shin heike monogatari [Le héros sacrilège/ Tales of the Taira Clan]

1950

Los olvidados [Pitié pour eux]

1926

The Scarlet Letter [La lettre écarlate]


Télévision

Oz 1

The Borgias 1

Caprica

Wire in the Blood 1-3 [La fureur dans le sang]

Las Vegas 1

Mad Men 1

Extras 1 & 2

Damages 1

Dexter 5

How to Make It in America 1

The Walking Dead 1
24 8

Prison Break 1
Lost 3
Heroes: Genesis

Recherche

Liens partenaires

 

logo.gif

3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 12:08
Les séries sont pour la plupart des chaînes de télévision généralistes leur vitrine. Censées concurrencer les films cinéma et les téléfilms qui n’offrent qu’une aventure ponctuelle, elles fidélisent une audience sur un créneau horaire tout en lui offrant un spectacle éventuellement comparable en terme de qualité.
Heroes1.jpgLa mode télévisuelle est, depuis quelques années, et notamment la montée de HBO aux Etats-Unis avec ‘Sex and the City’ dans une moindre mesure, puis les ‘Sopranos’, rejointe par ABC avec ‘Alias’ et Fox avec ‘24’ (on se souvient également de ‘X-Files’ sur le même modèle dans les années 90), aux séries où l’intrigue se développe sur une saison (souvent équivalente à un semestre), à doses élevées de suspense et de mystère, et reposant sur des codes et des conventions d’un genre bien déterminé (espionnage, fantastique, policier...)
Chaque réseau TV digne de ce nom en lance au moins une par an, qui sera son image pour l’année à venir, et ne lésine donc plus sur les moyens qui assureront leur succès. Si celui-ci est au rendez-vous, la série peut s’étaler sur plusieurs années, pour le meilleur – quelquefois pour le pire.

2006 aura ainsi été pour NBC l’année du lancement triomphal de ‘Heroes’, série racontant l’émergence douloureuse d’une nouvelle génération de super héros. Qui ? Pourquoi ? Comment ?
Les aventures vécues par une multitude de personnages menant une vie plus ou moins ordinaire, qui se découvrent chacun une capacité incroyable et unique constituent le fil de l’histoire, ou plutôt des histoires. Nathan Petrelli (Adrian Pasdar) est un candidat au Congrès qui peut voler comme Superman, Claire Bennet (Hayden Panettiere) une lycéenne dont les blessures et contusions disparaissent presque instantanément, Niki Sanders (Ali Larter) une strip-teaseuse douée d’une force surhumaine et d’une personnalité multiple, Mohinder Suresh (Sendhil Ramamurthy) un professeur en génétique indien qui marche dans les traces d’un père mystérieusement assassiné à la recherche de ces surhommes...

Heroes-4.jpgRapidement, le spectateur est saisi par l’intrigue générale, pourtant banale pour ce genre : une prophétie assure que le monde sera détruit dans quelques semaines ; il faudra donc détourner le destin de son cours en accomplissant l’impossible.
La réalisation est efficace, les scènes d’action nombreuses et généreuses, le ou les méchants ignobles à souhait. Sont multipliés bien sûr, pour  le plaisir de tous, les retournements de situation et autres ‘cliffhangers’ (vous savez, l’angoisse posée par le « à suivre... » brutal qui va vous faire passer une semaine infernale dans l’attente du prochain épisode)
Quant aux héros, ils sont si divers dans leurs capacités extraordinaires, leurs histoires personnelles, leurs comportements que n’importe qui trouverait à s’y identifier. Jusqu’à leurs personnalités respectives, toutes tranchées et simples, tout en étant très variées. Dans la même idée, du lycée à la politique, de la famille américaine idéale aux repris de justice, de l’hôpital à la police, tous les milieux de la société américaine sont abordés.
Heroes-3.jpgAutre atout pour cette réussite, Tim Krig, créateur de la série, a repris beaucoup d’éléments qui ont fait le succès de films ou de séries de ces dernières années : les amateurs de mystère et d’organisations secrètes (‘Alias’, ‘Lost’, ‘Tomb Raider’), de meurtres répugnants (‘Seven’) y trouveront leur compte, pas de problème !

Les canons du genre sont bien respectés, et l’œuvre globale est dans le droit fil de l’évolution de la mythologie du super héros. Incarnation d’un rêve de chacun d’entre nous, exacerbation d’un sens, capacité portée à l’extrême, celui-ci est une prolongation des dieux de l’antiquité, tout-puissant sur un domaine de l’activité humaine. Ses pouvoirs portent souvent en eux-mêmes leur propre malédiction, sur le principe du ‘mieux est l’ennemi du bien’, ce qui est après tout rassurant pour le citoyen lambda que nous sommes.
Depuis leur naissance avant la seconde guerre mondiale, quand la simplification apaisante du combat du bien contre le mal plaisait aux lecteurs, jusqu’à leur évolution dans les années 50-60, quand les préoccupations générales ont commencé à s’éloigner des visions manichéennes, les super héros ont évidemment bien changé. Les tenues en collant se sont faites rares, les conflits sont souvent devenus intra-personnels, les personnalités troubles, à mesure que les repères idéologiques du reste de la société se brouillaient. ‘Heroes’ se situe dans le prolongement de ce mouvement.
Heroes-2.jpgLes clins d’œil à la tradition, comme il se doit, sont très nombreux : un des personnages est lui-même dessinateur de comics par exemple, un autre est un fan, l’affichage des titres des épisodes est résolument très BD.
Si l’on pressentait un certain essoufflement du genre, il faudra donc se détromper avec ce premier volet d’une œuvre globale annoncée comme gigantesque (on parle de cinq saisons déjà esquissées !)

Seul bémol, mais qui sera de taille pour certains : en introduisant une profusion de destins et d’historiettes qui sont autant de fils d’une trame qui enfle à mesure que ces super héros y sont intégrés, Krig a pris le risque de rendre le tout illisible, et plus d’un sera désorienté par la richesse de l’ensemble. Bien sûr, quelques personnages sont plus centraux que d’autres, mais un grand nombre (une douzaine à peu près) ont une importance primordiale dans le déroulement des événements. Ils se croisent et se recroisent au cours des épisodes dans un ballet qui risque de donner le tournis et multiplie des verrues scénaristiques dont on aurait pu se passer. Mais n’est-ce pas là une stratégie qui attire et capte les fans de ce type de séries ?
En tous cas, preuve de la réussite des créateurs de ‘Heroes’, une fois de plus, nombreux sont les malheureux en attente de la saison suivante... La télévision a encore frappé !

Note :     Heroes             14/20

Heroes sur imdb

Partager cet article

Repost 0
Published by Eddl - dans Télévision
commenter cet article

commentaires

Articles Récents